© Alain Homsi

Cette ruelle dans les vieux quartiers, à proximité du souk d’Alep, me rappelle les ruelles du quartier de Bab Touma à Damas que j’arpentais chaque jour, enfant, pour aller à l’école.
On a presque l’impression de voyager à travers le temps lorsque l’on marche ici. Cette rue fait partie des quartiers historiques les plus touchés pendant les violents combats qui ont secoué le centre-ville d’Alep, en avril 2013.

© Alain Homsi

La première fois que j’ai visité la mosquée des Omeyyades à Alep, c’était en 2008, lors du tournage d’une émission de télévision pour enfants. J’y ai découvert le lien de parenté spirituel qui relie les deux mosquées des Omeyyades d’Alep et de Damas. Celle d’Alep conserve les restes de Saint Zakarie, (le prophète Zakaria pour les musulmans), le père de Saint Jean-Baptiste (le prophète Yahia pour les musulmans) dont la sépulture se trouve dans la grande mosquée de Damas. Le minaret de la mosquée d’Alep s’est effondré le 24 avril 2013.

© Alain Homsi

Inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco, la ville de Bosra située à 141 Km au sud de Damas, était la capitale de la province romaine d’Arabie. Elle conserve un théâtre romain du IIème siècle, des ruines paléo-chrétiennes et plusieurs mosquées.
Lorsque j’ai pris cette photo en 2009, j’ai été surpris par le calme et la sérénité qui s’en dégageaient. Aujourd’hui, le contraste entre les couleurs vives du linge qui sèche et le noir des ruines en basalte qui les entourent, constitue la métaphore d’un pays qui doit renaître de ses cendres…

© Alain Homsi

Je marchais dans le souk de Madhat Pacha dans la vieille ville de Damas lorsque je suis passé devant cette minuscule boutique qui vend des gâteaux secs. Les trois personnages me semblaient sortis directement d’un film muet des années 1920. Le vieux monsieur à droite me rappelle mon grand-père.

© Alain Homsi

Bâtie en 1590, la mosquée de Sinan Pacha (Al Sinanya) est l’une des plus belles mosquées ottomanes de Damas. Elle est située en dehors de la muraille du vieux Damas, juste en face de Bab Al-Jabieh (Porte Al-Jabieh). Je suis passé devant cette mosquée alors que je me promenais dans le souk. J’ai été attiré par la sérénité de cet homme, tellement absorbé par sa lecture, qu’il n’a pas remarqué ma présence lorsque j’ai pris la photo.

© Alain Homsi

J’ai pris cette photo de nuit dans l’une des petites ruelles autour de la mosquée des Omeyyades à Damas. Une petite ruelle comme il en existe des milliers dans la vieille ville. La nuit, il y régnait un calme absolu qui contraste totalement avec le bruit et l’animation de la journée.

© Alain Homsi

Je suis allé à Saïdnaya le dernier jour de l’année 2009, en route vers Maaloula. Le panorama sur les vallées depuis le monastère de Notre-Dame est magnifique, surtout au moment du coucher de soleil. J’ai eu envie de saisir la posture de ce jeune homme, adossé au mur du monastère, méditant face à la vallée dans le jeu d’ombres de la balustrade.
Célèbre depuis le Moyen Âge grâce aux nombreux miracles associés à l’image de la vierge, ce lieu continue à attirer des pèlerins de toutes confessions. Il y a parmi eux probablement plus de musulmans que de chrétiens.

© Alain Homsi

Le village de Maaloula perché comme un nid d’aigle sur les hauteurs du mont Qalamoun m’a toujours fasciné. Ici, la langue du Christ, l’araméen, est toujours parlée par les habitants du village et la messe continue à être célébrée dans cette langue. On continue à y célébrer le miracle de Sainte-Thècle (Mar Takla). Pourchassée par des soldats romains, Thècle, jeune païenne convertie au christianisme, n’aurait dû son salut qu’à la montagne qui se serait ouverte sur son passage. Elle aurait ainsi trouvé refuge dans une grotte, d’où sort une source sacrée.

© Alain Homsi

"Le plus admirable de tous les châteaux du monde", ainsi Thomas Edward Lawrence, alias Lawrence d'Arabie, décrivait-il le Crac des chevaliers ou "Qualaat Al Hosn" en arabe.
Cette majestueuse citadelle qui se dresse à une soixantaine de kilomètres à l'ouest de Homs fut l’un des plus importants châteaux croisés. J’ai visité ce lieu pour la première fois lors d'une excursion scolaire alors que j’étais au collège à Damas. J’y suis retourné 20 ans plus tard, lors de mon dernier voyage en Syrie, en 2010.

© Alain Homsi

La magnifique mosquée des Omeyyades, dans le cœur historique du vieux Damas, a toujours été un symbole de cohabitation entre les communautés religieuses. Construite sur un site ayant servi de lieu de culte depuis des siècles, elle conserve encore les vestiges du temple romain de Jupiter, lui-même bâti au IIIème siècle sur l’emplacement d’un ancien temple de Hadad, dieu syro-araméen. Cette mosquée où chrétiens et musulmans prièrent côte-à-côte à l’époque des Omeyyades, abrite le tombeau de Saint Jean-Baptiste (le prophète Yahia pour les musulmans).

SOUVENIRS DE SYRIE

-