Image 1 Image 2 Image 3 Image 4 Image 5 Image 6 Image 7 Image 8 Image 9 Image 10 Image 11 Image 12 Image 13 Image 14

Un manifestant équipé d’un bouclier passe dans le « no man’s land » qui sépare les policiers de la première barricade.
Mehdi Chebil / FRANCE 24

Les concessions successives du président Ianoukovitch sont perçues ici comme un aveu de faiblesse du pouvoir. Elles ne font que renforcer les demandes de l’opposition pour des élections anticipées.
Mehdi Chebil / FRANCE 24

Sous l’effet du froid, les jets d’eau continus des policiers viennent figer les restes des pneus calcinés laissés sur le champ de bataille.
Mehdi Chebil / FRANCE 24

Les températures descendent jusqu'à moins 20 degrés la nuit et des stalagmites apparaissent sur les carcasses de véhicules calcinés.
Mehdi Chebil / FRANCE 24

Les bus calcinés des forces anti-émeute, détruits lors des affrontements de mardi soir, font désormais office de ligne de front entre les manifestants les plus radicalisés et la police.

Mehdi Chebil / FRANCE 24

Les manifestants utilisent une catapulte artisanale pour atteindre les lignes policières, situées à 150 mètres de là.
Mehdi Chebil / FRANCE 24

Les manifestants ont brûlé des centaines de pneus avant la barricade de première ligne afin de créer un écran de fumée entre eux et les forces anti-émeutes.
Mehdi Chebil / FRANCE 24

Cet écran de fumée n’empêche pas les manifestants de jeter sporadiquement un feu d’artifice ou un projectile vers les forces anti-émeutes.
Mehdi Chebil / FRANCE 24

Une odeur de pneu brûlé flotte en permanence sur les barricades et une suie noire recouvre le visage de nombreux manifestants en première ligne.
Mehdi Chebil / FRANCE 24

Pas de répit à l’arrière, où les barricades sont constamment entretenues. En gelant, l’eau agit comme une sorte de ciment entre les sacs de neige entassés.
Mehdi Chebil / FRANCE 24

Le canon à eau est également une arme redoutable pour les policiers : ce manifestant blessé recouvert d’une couche d’eau gelée est évacué vers l’arrière.
Mehdi Chebil / FRANCE 24

Des centaines de manifestants équipés d’armes artisanales – fourches, matraques, cocktails Molotov - se relaient en permanence sur les barricades.
Mehdi Chebil / FRANCE 24

Le dialogue entre policiers et manifestants n’est cependant pas complètement rompu. Ici, les représentants de chaque camp se serrent la main au milieu du « no man’s land » après que l’hymne nationale a résonné sur les barricades.
Mehdi Chebil / FRANCE 24

Un pompier regarde l’étendue des dégâts au milieu du « no man’s land ».
Mehdi Chebil / FRANCE 24

Utiliser les touches ↑ et ↓ ou le scroll de votre souris pour naviguer
En images :
scènes de guerre à Kiev
Tweeter